29 janvier 2016

Je suis Adèle



Bien le bonjour l'ami!

C'est un article un peu particulier que je vous propose aujourd'hui... J'ai décidé en effet de vous parler de la confiance en soi, et plus particulièrement du fait de s'accepter tel que l'on est. Pourquoi? Parce que j'ai remarqué que je suis du genre à culpabiliser pour un rien, à chaque fois que je prends une décision ou que je fais une remarque qui n'est pas partagée par les autres. Stupide me direz-vous... Peut-être. Très probablement. Mais voilà, c'est difficile de réussir à faire ses propres choix, indépendamment de tout le reste. C'est difficile de s'affirmer en tant que personne singulière quand on est bombardé d'étiquettes, qui ont pour but de nous enfermer dans des catégories superficielles. La vérité, c'est qu'il n'existe pas assez d'étiquettes pour qualifier une seule personne, dans toute sa singularité et sa complexité. Pire, personne ne devrait être rangé dans une catégorie. 

Par conséquent, il faudrait arrêter de vouloir correspondre à telle ou telle image. Arrêter de vouloir ressembler à telle femme vue dans tel magazine. Arrêter aussi de ne pas assumer certaines facettes de notre personnalité. De culpabiliser dès qu'on se fritte avec quelqu'un ou qu'enfin on ose dire ce qu'on pense. Arrêter de se sentir inférieur à des personnes qui nous font croire que leur vie est meilleure que la nôtre (généralement c'est faux). Arrêter de croire aux méchancetés et critiques gratuites que l'on peut recevoir si facilement à l'heure actuelle. Arrêter de n'être nous qu'à 50%.



Souriante et éternelle optimiste, qui se met à gueuler à chaque fois qu'elle voit une guêpe, qui rit aux éclats quand on la chatouille, tout en détestant profondément ça. Qui ne supporte pas qu'on touche son nombril. Qui est prise d'un rire nerveux à chaque fois que son voisin de classe doit lire. Qui se met à pleurer dès qu'un animal meurt dans un film. Qui peut se mettre à râler sans aucune raison (et d'ailleurs le fait de se rendre compte qu'il n'y a pas de raison valable l'énerve encore plus). Qui aime être à l'écoute et souhaite de tout coeur réconforter les autres. Qui peut être d'une maladresse sans égal. Qui parfois manque cruellement de délicatesse. Qui parvient à faire rire, parfois (souvent) malgré elle. Qui n'a jamais été intéressée par les études et qui pourtant se retrouve en Master. Qui a trop souvent prêté attention à ce que pouvaient penser les autres. Qui a bien trop souvent aussi accorder trop de temps au monde virtuel et autres réseaux sociaux. Qui se surprend à être romantique et attentionnée alors qu'elle critiquait ces comportements il y a encore quelques mois. Qui parle tout le temps toute seule. Mais qui n'est pas schizophrène pour autant (ou peut-être que si). Qui chante à tue-tête dans sa chambre depuis son plus jeune âge. Qui chiale comme une gonzesse au moment où Harry découvre la vérité sur Rogue dans le dernier Harry Potter. Ou quand Edward et Kim se séparent à la fin du film de Tim Burton. Qui a toujours été du genre à ne pas se laisser faire. Qui a parfois été blessante ou trop agressive. Qui, plus jeune, avait parfois tendance à se comporter comme une princesse trop gâtée. Qui n'est pas vraiment timide, mais plutôt gênée. Qui n'est pas vraiment jalouse, mais plutôt méfiante. Qui n'est pas du genre complexée. Mais pas sûre d'elle pour autant. Qui est vivante, tout simplement. 

Voilà qui je suis. 
Enfin, ce n'est qu'un bref aperçu. Alors? Vous avez une catégorie dans laquelle me mettre? Non? Sans blaaaague (c'est tellement je suis bizarre ça hein!). Alors peut-être que certain(e)s se sont retrouvé(e)s dans ces quelques traits de caractère, mais concrètement, le meilleur moyen de me qualifier ne serait-il "moi"? 




Je me souviendrai toujours de la réaction de deux ados qui étaient en cours avec quand je devais avoir 15 ans. Elles m'avaient demandé si j'étais gothique, parce que je portais souvent du noir. J'ai eu le malheur de leur répondre "Non. Je suis moi". Elles m'ont dévisagée pendant 10 bonnes minutes (genre un air d'ahurie avec la gueule ouverte)(manquait plus que le filet de bave). Pour elles, ce n'était pas normal de ne pas entrer dans une catégorie. Flippant non? 

Alors voilà, ce long blabla pour vous dire que vous êtes vous, avec vos qualités et vos défauts, vos préférences, vos goûts, vos rêves ; que personne n'est tout blanc ou tout noir, et que c'est très bien comme ça. Si on était tous pareil, la vie serait bien moins intéressante, et aujourd'hui je suis contente de dire que je suis moi, et que ça me va complètement! 

Bises




Réactions :

:
  1. C'est un très bel article, très touchant. Ca fait du bien de lire ce genre de chose et je t'en remercie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ton commentaire qui fait plaisir! :-) Merci beaucoup, contente que ça t'ait plu ! :-)

      Supprimer
  2. Quel bel article! :-)
    Et, pour avoir la chance de te connaître depuis quelques temps maintenant, je trouve que tu assumes parfaitement qui tu es (j'ajouterais peut-être : "Sans langue de bois", vu à quel point tu m'as déjà fait rire rien qu'en parlant. Ainsi que "Pleine de fantaisie"!)

    RépondreSupprimer