25 octobre 2016

Quand le bio devient méchant





Bien le bonjour l'ami! 

France 5 a récemment diffusé une émission concernant la présence de produits bio dans les grandes enseignes, dans les grandes surfaces. Je n'ai pas pu le regarder, mais les nombreux commentaires que j'ai pu lire m'ont donné un aperçu du programme.

(Disclaimer : il est bien évident que je ne vise pas l'ensemble des gens qui ont regardé ce programme, et certains commentaires étaient même très bien construits et intéressants. D'autres, par contre, laissaient transparaître un jugement bien trop cinglant. Comprenez bien que je ne vise ici que les "extrémistes du bio", pas les gentils citoyens que vous êtes :D)(quelle émotion).

Et dans ces commentaires, je suis désolée de le dire, j'ai lu beaucoup d'attaques, voire de méchanceté, à l'encontre de ceux qui ne consommeraient pas bio. Et je trouve ça un peu facile, voire même carrément nul. Lire des choses du genre : "Manger bio, c'est une question d'éthique et de philosophie de vie"... Mmmh oui, c'est sûr. Par contre, l'argent, la situation, les moyens à disposition, la localisation, touça touça, ça ne compte pas, du coup? Pour manger bio, il suffit de le vouloir, c'est ça? 

Et bien non, malheureusement. Vous n'êtes pas sans savoir que le naturel occupe une place importante dans ma vie depuis plusieurs années maintenant. J'ai commencé par changer tous mes cosmétiques et produits de beauté, d'abord pour ma peau, puis pour mes cheveux. Et je me suis tournée, il y a environ 6 mois de cela, vers une alimentation plus "saine" également. Mais pourtant, oui, j'achète mes produits bio en grandes surfaces. 

Un peu contradictoire, non, pour une gonzesse qui privilégie le "vrai" bio pour ses produits de beauté, mais pas dans son assiette. En gros, j'ai une bonne philosophie de vie, mais pas trop. Je ne veux pas bousiller l'écologie de la planète, mais un peu quand même. J'ai un mode de vie relativement sain, mais pas tant que ça finalement. C'est bien ça? 




Si vous pensiez que les choses étaient aussi simples, je suis bien malheureuse de briser le mythe, mais il le faut : en tant qu'étudiante, je n'ai pas des sommes astronomiques à mettre dans mes courses (même si je suis d'accord avec le fait que ce qui est bio n'est pas toujours extrêmement cher... Mais est-ce encore du bio???), dans la ville où j'étudie, le "vrai" magasin bio se situe à environ 2km de chez moi. Alors, j'adore marcher. Mais marcher avec mon gros sac de courses et mes bocaux pendant, au total, 40min, non (et ne venez pas me faire croire que vous affronteriez une pluie battante, un vent glacial ou une neige aveuglante pour trois tomates bio... du coup vous prenez la voiture...)(Et votre éthique, dans ces moments-là, vous la planquez vite fait?). Et enfin, ce "vrai" magasin bio ne contient pas tout ce dont j'ai besoin. Il s'agit plutôt d'une épicerie bio, ou d'un mini-marché bio. 

Alors oui, vu ma situation, le choix du bio dans les grandes surfaces s'est imposé naturellement (ouiii le jeu de mots). Pas aussi bon que dans un biocoop, mais pas aussi mauvais que ce qui n'est pas bio. Evidemment je suis loin de l'objectif que je veux atteindre (moi je me vois en train de faire pousser pleiiin de chouettes trucs dans mon jardin par exemple)(mais là, je n'ai même pas encore le jardin).

Ma colère mise à part, ce que j'aimerais faire passer comme message, c'est que chacun est libre de faire ce qu'il veut. Point barre. Manger bio ou pas. Prendre la voiture ou pas. Faire ses achats en ligne ou pas. Acheter un sac réutilisable ou pas. Et qui sommes-nous pour juger? Pour dire que c'est juste une question d'éthique, et laisser sous-entendre que ceux qui n'agissent pas en bons "consom'acteurs" sont juste des énergumènes qui n'aiment pas notre belle planète? Parfois, on n'en a pas les moyens. Parfois on n'est même pas assez renseigné, tout simplement! 

Ce serait bien que, la prochaine fois, votre jugement soit moins tranché, et un peu plus compréhensif. Qu'on n'ait pas l'impression de se faire engueuler parce qu'on n'est pas au top niveau, alors que ce que l'on souhaite, c'est justement progresser. Chacun fait comme il le peut, avec ce qu'il a, et oui, aussi avec son éthique et ses valeurs. Mais celles-ci ne sont pas nécessairement mauvaises, même si ce ne sont pas les mêmes que les vôtres. 

Le bio, le naturel, le 'healthy', c'est génial... mais c'est nettement moins chouette quand on se sent jugé.
(Mais je vous aime tous quand même )(oui, j'ai fait l'un de mes premiers articles "coup de gueule", et oui, ça me fait bizarre).



  



Réactions :

:
  1. Hello ma belle,
    J'ai adoré lire ton article, et je suis d'accord avec toi sur toute la ligne. Tout n'est pas si simple contrairement à ce qu'on pourrait nous le faire croire!
    Des bisous
    Charlotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou :)
      C'est sûr que ce n'est pas évident d'entreprendre un changement, surtout aussi radical! Et on devrait se motiver plutôt que de se critiquer!

      Bisous! <3

      Supprimer
  2. Ton article m'a fait énormément penser aux vegans reprochant aux végétariens de ne pas aller jusqu'au bout de leur éthique. C'est dingue quand même! Chaque petit geste pour la planète devrait être valorisé, encouragé. Comme tu dis, on fait comme on peut et c'est déjà pas mal de vouloir aller plus loin dans cette direction. J'aimerais bien consommer bio, seulement quand on vit encore chez ses parents, on ne décide pas forcément de ce qu'on mange! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai qu'il y a de ça! C'est le côté 'extrémiste" qui me gêne beaucoup. On est content de faire des efforts pour changer les choses, et deux minutes après on est critiqués de toute part parce qu'on ne va pas au bout...
      Je vis encore une partie de la semaine chez mes parents, alors je te comprends! Chaque chose en son temps! :-)

      Merci pour ton commentaire en tout cas! <3

      Supprimer